Membres

Amifran

  • Facebook - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • Twitter - White Circle
Lane1_v2.001.png

Membres

Ceux qui ont oeuvré pour l'Amifran ou continuent à le faire.

Papa Didi

Président de l'association Amifran

Vlad Ștefania

professeur au Collège d’Arts ″Sabin Drăgoi″Arad, membre du Comité d’accueil du festival depuis 2005 (hébergement)

Tendresse, sourires, éclats de rire, pleurs, gouttes de pluies sur le visage, volets tirés sur les yeux, tissus de rayons dans l’âme :des états d’esprit, des vécus mélangés éprouvés chaque année, par lesquels on réinvente la vie-même, chaque fois d’une autre manière, à travers ce festival international de théâtre francophone.
Le temps de vivre et de créer se confondent grâce à ce festival théâtral dont le maître sorcier est Papa Didi, qui réussit à marierladésinvolture de l’adolescence et la ferveur de l’acte théâtral authentique dans l’expression française.

Alex Cucuiu

CFO

Il y a quelque temps, plus d'un quart de siècle, j' étais un arbre... mais aussi un château. Et puis roi, prince, et roi à nouveau. Maintenant, je me souviens.

Sergiu Popp

IT Project Manager

A partir de 1996, j'ai été membre de la troupe de théâtre Mini Amifran et plus tard de l'Ainees Amifran. J'étais et suis toujours passionné par le sentiment du festival et j'ai fait un pacte avec moi-même pour continuer à soutenir l'association par tous les moyens.

Dan Musca

Business Development Manager- Naiya

Membre AMIFRAN depuis 1995, deux ans comme élève, après ça j' embrouille avec tout mon cœur și je peux cette magnifique organisation

Dragomir Tudor

professeur - Collège National "D.Ţichindeal-Arad

Depuis une quinzaine d'années, je soutiens le Festival avec toutes mes forces, en tant que "monsieur le transport", dans l'esprit de la francophonie universelle.

Filip Adriana

Professeur de français au Collège National "Moise Nicoara" Arad, responsable de la rédaction de la Girouette

Ce festival de théâtre francophone ~ AMIFRAN ~ ponctue ma vie, chaque octobre, depuis 30 ans. Pour moi, c’est un repère temporel et culturel, c’est un moment de retrouvailles, de découvertes, d’émotion artistique, d’enthousiasme. La magie de ces jours d’octobre vécus intensément dans l’espace du théâtre d’Arad nous apprennent à goûter la joie de l’instant. Acteurs ou spectateurs ou bien rédacteurs de la Girouette nous sommes tous pour ces quelques jours de festival, dans le meilleur des mondes possible.

Pavel Gabriela

professeur - Palais des Enfants Arad - responsable des MiniAmifran

J’ai rejoint Amifran en 1993 et depuis il fait partie de ma vie, en tant que responsable des Mini Amifran. Mes deux filles ( Anda et Kitty) y ont grandi à côte de beaucoup d’autres enfants. Nous attendons chaque année avec grande impatience le Festival pour revoir des amis et continuer à célébrer la belle langue française. Amifran, merci d’avoir apporté un peu de magie dans nos vies et de les avoir rendues plus créatives.

Pricob Elena

professeur retraité- Collège National „Elena Ghiba Birta” Arad, membre fondateur de l’Amifran

Au fil des années, j’ai pris plaisir à soutenir le Festival de théâtre francophone. M’occuper de l’accueil des troupes- transport et hébergement-et, à l’occasion, de l’organisation des spectacles ou encore de menues tâches telles qu’écrire les diplômes, rien ne m’a semblé anodin. Tout le travail accompli par mes collègues et les acteurs en herbe m’a donné le sentiment de participer à une grande entreprise consacrée à la langue française. En outre, le festival a rendu mes automnes plus divers et maintes fois il m’est apparu comme une eau de jouvence. Je suis restée une fidèle de l’association même lorsque la retraite est venue et que mes illusions de rajeunissement se sont évanouies.

Pîrvu Daniela

professeur - Collège „Nicolae Bălcescu”-Arad, membre du Comité d’accueil du festival

Pendant mon enfance, j’ai rêvé France... Maintenant, j’ai la France, parce que j’ai Amifran!

Razvan Rusu

DOP (Directeur des opérations), WH Digital GmbH, Vienne, Autriche

Depuis 1994 Amifran est une deuxième famille pour moi. J’étais membre de la troupe des Ainées Amifran jusqu’en 1996. Après avoir fini mes études universitaires en 2001 je me suis éloigné un peu du festival Amifran. Mais après avoir été dans la troupe de théâtre, et c’est valable pour plusieurs anciennes et anciens membres, moi j’ai voulu faire du théâtre. Donc j’ai gardé le contact avec le théâtre et nous avons même monté un spectacle avec Liana Didilescu et Christoph Marechal, Le bienfaiteur – un texte de Liana d’après Tchekhov. Et je garde un beau souvenir des tournées en Roumanie et en France avec ce spectacle en 2004. En même temps j’ai compris à ce moment-là, que ce n’étais pas faire du théâtre que me motivait le plus, mais faire de sorte que les jeunes générations puissent bénéficier elles aussi de ce magnifique projet, qui est Amifran et l’apprentissage des langues étrangères, notamment du français, à travers ou bien par les outils du théâtre. Et en plus bénéficier de l’ouverture intérieure et extérieure à laquelle on est exposé comme membre d’une troupe de théâtre qui participe à des festivals et rencontre théâtrales. C’est par des festivals ou j’ai eu la chance de participer dans le monde entier et ou j’ai été immergé dans la diversité des cultures, des langues, des habilités physiques et psychiques, des vues sur le monde que j’ai compris que ce que je connais, ce j’ai appris moi du monde est infime. Qu’à la fin je n’y connais rien. (« You know nothing Jon Snow ! »). Je ne sais rien. Mais j’ai appris en même temps que les autres sont comme les nôtres. Qu’à la fin il n’y a pas des autres, seulement un grand manque de communication et de compréhension. Je crois que ce n’est pas la leçon de tous. Mais je suis sûr que c’est la leçon que la plupart des anciens membres ont apprise. Et pour continuer avec la dissémination de cette leçon j’ai décidé en 2008 de revenir. De participer à l’organisation du festival Amifran. D’aider Florin Didilescu et son équipe là où je peux. Ce que j’ai fait jusqu’en 2018. Depuis que je suis devenu papa en 2019 il m’est un peu plus difficile d’être aussi présent comme je l’étais, mais je vais revenir le plus tôt possible, surtout au prochain festival en présentiel.